FISU 2000

Interview des mousquetaires :

Damien, François, Rémi et Thierry ont gentiment accepté de répondre à 3 questions (partie 1)... et de réaliser une co interview de leurs anciens partenaires (partie 2)


Partie 1

Que deviens-tu actuellement ?

Damien : J'habite à Kongsberg en Norvège depuis 2008. Je suis devenu enseignant en eps/sport étude en 2014. J'ai deux enfants : Élise 12 ans et Mathis 10 ans et suis en couple avec Linnea (suédoise). Je continue à faire pas mal de CO. J'ai même fait un retour en équipe de France en 2019 avec une participation à une manche de coupe du monde en Finlande ainsi qu'à la préparation des WOC. Je fais aussi beaucoup de ski en tout genre et d'escalade. Je suis assez actif au sein du Club de Kongsberg où je suis entraîneur du Groupe de jeune 13-16 ans. J'aide aussi souvent à l'organisation de compétitions nationales. Nous organisons tous les ans une course sur 3 jours au week-end de Pentecôte. Je suis régulièrement traceur. En 2020, nous organisons le O-festival (26-28 juin) qui est la plus grosse course de CO en Norvège. A cette occasion, je trace le sprint du vendredi. Je recommande vivement d'y prendre part. https://2020.o-festivalen.no . Je suis aussi devenu formateur d'entraîneurs pour la fédération Norvégienne de CO où je vais passer l'équivalent du Brevet d'état 1er et 2e degré.

Rémi : Après une première carrière d'enseignant, je suis actuellement Directeur du centre de formation professionnelle de l'enseignement Agricole de Lyon Dardilly. Pour l'anecdote, l'hébergement du FISU était sur le lycée Agricole de Roanne Chervé, nous avions inauguré le nouvel internat de ce lycée. Et 20 ans après, je reviens régulièrement sur le lycée Agricole de Roanne Chervé pour mon activité professionnelle et dans les locaux que nous utilisions pour le FISU.



Thierry : Je vis de façon permanente en Suède depuis 2013. Et depuis l´arrêt de ma carrière sportive, en Juillet 2017, j'occupe la fonction d´entraîneur de l´équipe de Suède. Deux enfants sont venus égayer le quotidien dans cette période - Léon (2,5 ans) et Ines (8 mois). Bref, pas de quoi s´ennuyer et me laisser le temps de trop penser au passé !


François : Je suis installé à Lamoura dans le Jura depuis une dizaine d'années.
En 1994, j'ai fait mes premiers 5 jours de France aux Rousses avec le groupe Ligue Rhône-Alpes et je suis, aujourd'hui, toujours attiré et fasciné par l'ambiance « Nordique » et Scandinave qui règne ici.
Depuis 2014, je travaille avec la fédération Suisse de course d'orientation comme entraîneur de l'équipe Élite masculine. Je partage donc mon temps entre ma vie de famille au milieu des combes Jurassiennes et les déplacements et entraînements sur les stages et compétitions avec l'équipe Suisse. Donc pour répondre à ta question, actuellement, je fais de mon mieux pour que les orienteurs Suisses puissent battre, de temps en temps, les Français et les Suédois...


Quel était ton passé d'orienteur en 2000 ?

Damien : j'avais 20 ans, dernière année junior. Je venais de commencer à faire quelques bonnes courses au niveau international avec 2 deuxième place à la JEC en Autriche . Je commençais à courir en Suède avec le club de OK Denseln.

Rémi : J'avais 25 ans, j'étais régulièrement en équipe de France. Je m'entraînais avec le Pôle France de Saint Étienne. Au niveau universitaire, c'était mes 4èmes championnats du monde universitaires. J'en ferai un dernier 2 ans après.



Thierry : Je dirais que j´étais dans une période de transition. Première année senior, avec tout ce que ça comporte. De bons résultats en juniors avec 2 médailles d´argent et 2 de bronze au JWOC, mais personne ne pouvait vraiment prévoir la suite de l'aventure !




François : J'ai pris ma première licence au NOSE en 1992, avec Michel Gueorgiou aux commandes : ce qui m'a permis de bénéficier d'une formation accélérée et d'un apprentissage d'une qualité fantastique. Ensuite j'ai suivi la filière « classique » fédérale avec les groupes Cadets (93), Juniors (96) puis Seniors (99). Avec Rémi et Thierry, nous avons vécu « l'épopée fantastique » du Pôle France depuis sa création en 1995, une aventure mémorable pour le côté sportif mais aussi personnel.
Après quelques premières joutes internationales pour « se faire les dents » (EYOC 94 et 95, JWOC 96 et 97), c'est au JWOC 1998 que notre génération « The Team » commence à percer. Je rentre de Reims avec un top6 individuel et une médaille de bronze au relais. Globalement c'est sur ce championnat du monde Junior qu'un « déclic » a eu lieu et nous a fait croire en nos chances de battre un jour les meilleurs mondiaux et notamment les Scandinaves.
J'ai aussi eu la chance de faire ma première coupe du monde en 1998 (Lake District), puis mon premier WOC en Écosse en 1999 pour ma dernière année Junior.


Quelle a été la suite pour toi après ton titre ?

Damien : Ce fut la confirmation que je pouvais avoir une position importante dans le relais de l'équipe de France et la motivation pour s'entraîner comme il faut pour jouer un rôle important dans cette équipe. Les relais en particulier avec mes potes du pôle ont été une source de motivation et sensations exceptionnelles (pas toujours positives mais extrêmement enrichissantes).

Rémi : J'ai participé aux championnats du monde et coupes du monde suivantes. Ma dernière coupe du monde sera en Auvergne en 2006. Nous conserverons le titre de champion du monde universitaire de relais 2 ans après en Bulgarie (François laissera sa place à Jean Baptiste BOURRIN dans l'équipe de relais)

Thierry : Contrairement aux Scandinaves, en France, on a toujours accordé de l'important aux championnats du Monde Universitaire, peut être car à l'époque c'était une compétition plus à notre portée avec l'absence des tous meilleurs orienteurs du Monde. Mais ça m'a beaucoup servi par la suite, d'apprendre à gérer la pression d'être favori, qui plus est à domicile.

François : Ma 3e place sur la LD et notre titre en relais sur le FISU 2000 a été une nouvelle étape importante dans ma progression au niveau international Élite. Sur la période 2000-2005, j'ai enchaîné quelques bons résultats mais globalement, cela m'a quand même pris 5 bonnes saisons pour avoir la maturité et l'expérience nécessaire pour être « stable » et performant quand ça compte : le jour-J du championnat du Monde. Au final, plus que les médailles, je retiens surtout les émotions vécues sur les courses de relais où on a su répondre présent en tant qu'équipe : 2 médailles au JWOC (98, 99), champion du monde universitaire 2000, vice-champion du monde 2005, vice-champion d'Europe 2006, champion du monde militaire 2010 et champion du monde à la Féclaz en 2011. Avec Thierry, Rémi, Damien, Philippe et Fredo, on a toujours quelques belles anecdotes à partager ensemble quand on reparle des « good old days ».


Interview de Michel Devrieux, directeur de course des FISU 2000


Voici divers documents pour illustrer les championnats du monde universitaires de CO qui se sont déroulés il y a 20 ans... sur les mêmes terrains que le CFC.

Crédits photos : Michel Dévrieux, François Gonon, Thierry Gueorgiou.


Diaporama : articles de presse, Le Progrès et O'Mag


Diaporama, cartes :

  • modèle
  • courte distance (tracés de Thierry)
  • longue (tracés de Thierry)
  •  carte entière


Article de présentation des CFC : https://www.cfc2020.fr/presentation/